Cluster 3 - Excellence opérationnelle

  • 3.1 Architecture de base : L'architecture de base des applications e-Santé a été développée il y a 10 ans. Il est souhaitable d'évaluer et, si nécessaire, d'adapter les choix architecturaux.
  • 3.2 SLA et Service Management : Le Service Management est le terme générique utilisé pour désigner la gestion des systèmes opérationnels d'esanté et le rapportage sur ces systèmes à l'intention de toutes les parties prenantes. Les services d'e-Santé doivent être disponibles en permanence et être efficaces. Cela vaut aussi bien pour les applications destinées aux utilisateurs finaux que pour les différents sous-systèmes et services.
  • 3.3 Business continuity : Même si des interventions sont effectuées sur des parties du système d'e-santé ou si des incidents se produisent au niveau de ces parties, les prestataires de soins et les établissements de soins doivent pouvoir disposer de fonctionnalités minimales. La continuité de leur fonctionnement de base doit être garantie par des procédures de continuité des opérations (Business Continuity Plans, BCP).
  • 3.4 Documentation, helpdesk & support : En cas de problèmes ou de questions concernant l'utilisation des services de santé en ligne intégrés dans les solutions TIC, les prestataires de soins de santé contactent d'abord leur fournisseur TIC. Ces fournisseurs de TIC ont besoin du soutien des services d’e-Santé pour résoudre les problèmes de manière fluide et adéquate. Dans un problème impliquant plusieurs services ou partenaires e-Santé, le besoin consiste principalement à coordonner la réalisation d'une solution.
  • 3.5 Environnements de test : environnements, flux, processus, données : Un environnement de test intégré est nécessaire pour les fournisseurs de logiciels, les départements TIC des établissements de santé et les développeurs de services à valeur ajoutée.
  • 3.6 Qualité des logiciels de santé : Pour assurer la qualité des logiciels commerciaux de santé, il est nécessaire de disposer d'indicateurs de qualité explicites et clairs et de les valider. Les prestataires de soins et les citoyens veulent être aidés pour pouvoir évaluer si une solution informatique, une application, un site Web ou des appareils dans le domaine d’e-Santé sont «bons». Nous devons être en mesure d'évaluer cela, le fournisseur transmettant les informations nécessaires via un outil d'auto-évaluation fournissant une image claire de la "qualité" du produit proposé.
  • 3.7 Formation et éducation : Les entités fédérées offrent une formation et un enseignement par l’intermédiaire de partenaires, de sorte que les prestataires de soins et les praticiens de la santé utilisent l’e-Santé au quotidien. Ils le font pour des projets spécifiques des entités fédérées, mais également pour des projets du gouvernement fédéral.
  • 3.8 Réduction de la charge de travail administrative pour les fournisseurs de soins : L'acceptation des services d’e-Santé par les prestataires de soins et les établissements de soins est entravée par les exigences de rapportage accrues des administrations publiques. Ce projet part du point de vue des utilisateurs (et en 1er lieu le prestataire de soins individuel en dehors du contexte d'un établissement de soins), inventorie et optimise la pression de rapportage existante.

Consultez le programme détaillé du plan d'action 2019-2021